Jeux vidéo : le succès des suites vraiment mérité ?

Alors que la Paris Games Week bat son plein sous le soleil de la capitale et que je me dis, comme chaque année, que j’aurais du y aller, j’ai voulu jeter un coup d’oeil aux jeux vidéo qui allaient sortir sous peu. Et là, c’est le drame.

New Super Mario Bros U,  Tekken Tag Tournament 2, Just Dance 4, Far Cry 3, Assassin’s creed 3, Epic Mickey 2, Hitman Absolution, Halo 4… Cherchez l’erreur. Même si ce sont probablement de bons jeux, où est la nouveauté ? J’ai comme l’impression que les éditeurs ne cherchent plus l’innovation mais la rentabilité. Pourquoi essayer de conquérir un nouveau public avec un nouveau jeu, un nouveau concept, alors qu’il suffit de prendre la suite d’un jeu qui a bien marché, d’une franchise déjà rentabilisée…

Et on sait comment cela fini, bien souvent. Usé jusqu’à la moelle, les fans se délaissent d’un jeu qui a fait son temps et dont même les éditeurs, lassés et pris dans une spirale mêlant rapidité et rentabilité, délaissent les scénarios et les gameplay. D’un très bon jeu, les suites deviennent, trop souvent, de plus en plus médiocres.

Et même si les suites sont réussies (je peux citer ici Resident Evil. A part quelques opus un peu en-dessous, les jeux tiennent la route.  Sorti en octobre dernier, Resident Evil 6, qui est en fait le 9e de la série, est toujours apprécié des fans et des critiques), pourquoi ne pas surprendre les joueurs ?

Pourquoi se contenter de Tekken, Sonic, Mario, Tomb Raider, Need for Speed ou Fifa quand on peut avoir des pépites comme Shenmue ou Skies of Arcadia ? Pourquoi se reposer sur quelque chose de déjà acquis au lieu d’innover, de créer un univers, des personnages et une histoire ?

Je crois qu’on aimerait tous, de temps en temps, acheter un jeu vidéo sans en connaître d’avance le contenu.

Publicités

Une réflexion sur “Jeux vidéo : le succès des suites vraiment mérité ?

  1. Je crois que la lassitude n’est pas un sentiment qui touche les éditeurs. Et les concepteurs? ils ont du se faire virer pour cause de crise économique.
    C’est pas toujours dans les vieux pots qu’on fait la meilleure confiture, et malheureusement cet air de déjà-vu touche d’autres secteurs comme le cinéma où les suites s’enchainent également, même sans scénario.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s