#PayezCeQueVousVoulez : la fausse bonne idée de Brandalley

Ce matin, je me suis levée à 6h30 (oui, 6h30), soit 45 mn plus tôt qu’à l’habitude. Autant vous dire que ça pique les yeux. Et que c’est bien la première fois que je blogue de si bonne-heure ! Donc s’il y a des fautes d’orthographe, pardonnez-moi, les yeux embués tout ça tout ça…

Bref vous me direz « mais pourquoi elle est debout si tôt ? » Tout simplement parce que Brandalley a démarré ce matin son opération « Payez ce que vous voulez » (Pay what you want pour les bilingues). Le principe est simple : sur une sélection de produits (renouvelés chaque jour), c’est le client qui fixe les prix, avec une mise minimum de 1 euro symbolique. Ce concept existe déjà dans des restaurants ou des hôtels, et si jouer le jeu dans un commerce physique ne me dérange pas, j’avoue que j’ai un peu plus de mal sur Internet…

Ce matin à 7h donc je me suis connectée sur Brandalley. Première déception, il n’y a rien de folichon. Moi qui voulais un manteau ou une jolie robe, on repassera. Mais ce n’est pas vraiment ça le hic, car je m’en doutais un peu. Le hic, c’est qu’à 7h05, il était impossible de faire défiler les pages : les produits se grisaient au fur et à mesure pour indiquer qu’ils étaient épuisés. La rançon du succès sans doute, mais ça donne vraiment un sentiment de frustration.

Sans titre

Je suis donc repartie bredouille, je ne vais pas non plus prendre n’importe quoi sous prétexte que je peux l’avoir à 1 euro.

A noter quand même la bonne idée de Brandalley qui au moment du panier propose de faire un don à la Croix-Rouge. J’espère qu’ils réussiront à convaincre ceux qui ont réalisé de belles économies d’en reverser une petite partie pour une bonne cause !

Pourquoi alors j’écris dans mon titre « la fausse bonne idée » ? D’une part parce que Brandalley va perdre de l’argent (cette opération a déjà été menée en 2009, et 85% des clients n’avaient pas joué le jeu du prix). Alors oui, c’est marketing, mais le problème c’est ce sentiment de frustration. Les produits qui disparaissent au fur et à mesure laissent un goût amer, et une impression de mauvaise organisation, en tout cas c’est mon ressenti. Et au final, pas sûr que la marque en tire vraiment un avantage.

Alors rendez-vous demain pour la deuxième journée chez Brandalley, pour voir si cela s’améliore !

Publicités

3 réflexions sur “#PayezCeQueVousVoulez : la fausse bonne idée de Brandalley

  1. T’inquiète pas pour Brandalley, je crois que le site en tire un énorme avantage et que c’est bien calculé. C’est quand même un gros coup de pub !

    • Ce matin il y en avait précisément 813. Mais ils sont affichés à un prix indicatif, qui peut laisser croire qu’on ne peut pas les payer 1 euro alors qu’en fait si. C’est au moment de la sélection pour le mettre dans son panier qu’on peut l’augmenter ou le baisser.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s